Stochelo Rosenberg & Costel Nitescu, Adrien Moignard et Claudius Dupont

Vendredi

Considéré depuis deux décennies comme l'un des plus remarquables guitaristes manouches de sa génération, il vient à Rennes à l'occasion de l'anniversaire de la naissance de son idole: Django Reinhardt.

«On vient de la même branche que Django», relate fièrement Stochelo Rosenberg. «J’ai commencé la guitare à l’âge de dix ans. Mon père m’a dit : tu vas jouer «derrière » un disque de Django. Dans ma famille, on n’avait que lui. J’ai cherché chez mes oncles des disques des autres, mais il n’y avait rien d’autre : toujours Django.»

Il porte la tradition jusqu’au bout de ses doigts. En concert, il joue presque toujours sur une guitare Selmer 1940 autographiée par son idole. Une pièce très rare. «J’ai vérifié celle de Django. C’était une Selmer de la même année qui portait le numéro 503. Moi, j’ai la n° 504, la suivante.» Et la filiation directe avec l’inventeur du jazz manouche ne s’arrête pas là puisque Stéphane Grappelli, co-inventeur du Hot Club de France, a déjà dit du Rosenberg Trio, le groupe de Stochelo et ses deux cousins, qu’il était le meilleur trio manouche avec lequel il avait travaillé.

Costel Nitescu, fière relève du violon swing en France (aux cotés notamment du célèbre Tchavolo Schmitt) sera là pour relever le défi avec un autre guitariste qui défie la chronique: le jeune et talentueux Adrien Moignard, extra terrestre de la guitare manouche et l’incontournable Claudius Dupont  à la contrebasse.