SEXION D'ASSAUT

+ DRY

Mardi

En Attendant L'Apogée, Les Chroniques Du 75, dernier album riche, truffé de surprises et de gimmicks, de flow et de son, de fond et de forme. Histoire de bien faire comprendre, en attendant L'Apogée, pourquoi ce groupe hors format est « redouté comme Amin Dada ». Même s'il avoue, ultime pirouette ego trip, se donner « à 30% ». Lefa : « C'est pour dire que si vraiment on se donnait à fond, vous ne pourriez pas supporter ! »

 

Les médias peuvent se tromper, pas le public. Avec plus de 300.000 exemplaires vendus de L’Ecole Des Points Vitaux, Sexion D’Assaut a prouvé qu’il représentait le rap français des années 10, même si la sous représentation du groupe à la télé et à la radio est une preuve de plus de l’aveuglement français face à la musique que plébiscite la jeunesse. Une fois de plus, « Ils ont comparé un monument à des minimoys ». Passons.
 
L’important, c’est la suite. Comment gérer un tel raz-de-marée ? Les huit membres de la Sexion ont une réponse simple : avec de la musique.

« Cramponnez-vous » fait dans le saignant : « Ce qui ne tue pas te rend plus fort/Nous sommes vivants, donc vous êtes morts », message aux rappeurs jaloux et à tous ceux qui ont sous-estimé cette équipe de MCs parigots capables d’allier les phases les plus brutales aux mélodies les plus accrocheuses, comme ce refrain de « Paris Va Bien » emprunté au fameux classique reggae d’Inie Kamoze « Here Come The Hotstepper ». « Boyz’N The Hood », avec sa mélodie mineure et ses lyrics faisant référence à « Billie Jean » et ce « béton qui s’illumine », met en valeur JR et Doumams, deux fines lames de la Sexion qu’on ne voit que trop rarement en vedette. « On a voulu mettre en avant des mecs qu’on voit moins d’habitude, comme Doumams, qui n’est pas sur les gros tubes, JR ou Black M qu’on a l’habitude d’entendre sur des morceaux conceptuels et qui pose sur “Vu La Haine Que J’Ai“, un texte sensé. Même si cet album ressemble à une mixtape, on reste très perfectionnistes ».

Le résultat final : En Attendant L’Apogée, Les Chroniques Du 75, un disque riche, truffé de surprises et de gimmicks, de flow et de son, de fond et de forme. Histoire de bien faire comprendre, en attendant L’Apogée, pourquoi ce groupe hors format est « redouté comme Amin Dada ». Même s’il avoue, ultime pirouette ego trip, se donner « à 30% ». Lefa : « C’est pour dire que si vraiment on se donnait à fond, vous ne pourriez pas supporter ! »

1ère partie : DRY

SEXION D'ASSAUT

SEXION D'ASSAUT