L'ATM présente

LES 34èmes TRANS MUSICALES

L'ÉTAGE - Festival

Jeudi

Concerts gratuits

14h45 > 15h25  LOLITO
Deux filles, deux garçons et une bonne dose de rock’n’roll : voici la formule gagnante appliquée depuis 2009 par Lolito. Né entre Lille et Paris, le quatuor mixte aborde avec une petite touche d’excentrisme enjoué des rivages musicaux contrastés : la pop acidulée des B-52’s, les accents hip-hop des Beastie Boys tout autant que la mélancolie électrique de Blonde Redhead. Sur les six titres de leur premier EP sorti en 2011, les mélodies rondes et aériennes comme des bulles de chewing-gum s’entrecroisent avec les riffs électriques et synthétiques taillés à la serpe. Ici, la mixité retrouve tout son sens.

15h55 > 16h35 CLOCKWORK OF THE MOON
Cousin des Fleet Foxes, Clockwork Of The Moon délivre un folk des grands espaces, avec l'horizon pour seule limite. Harmonies vocales à tous les étages, guitares en bois et six cordes électriques, hymnes bucoliques à chanter à tue-tête : ces chansons, enveloppées d'un lyrisme atmosphérique, sont à la fois éminemment sophistiquées (ces arrangements luxueux, cette écriture fine) et totalement décomplexées (ces mélodies de feux de camp, ce souffle épique). Déjà remarqués lors de nombreuses dates dans le grand Ouest, ces Caennais, qui font partie des jeunes groupes les plus attendus des Trans Musicales 2012, devraient (re)mettre sur scène les pendules à l’heure.

17h05 > 17h45 BOW LOW
On ose à peine imaginer le nombre de pièces qu'occupe la discothèque de ce
quatuor de Caen. D'autant que ces jeunes gens seraient bien du genre à diffuser plusieurs albums... en même temps ! Comment expliquer autrement ces chansons échevelées où se percutent mille et une influences totalement revendiquées ? Possédant le sens du groove de LCD Soundsystem, la rage foldingue des Cramps, capable de bombes electropunk comme de bandes originales de western à en faire pâlir Morricone en personne, le groupe enrobe l'ensemble d'un esprit consciemment absurde. Inclassable, bordélique, visionnaire, Bow Low organise son foutoir mélodique avec un savoir-faire insensé.

18h15 > 18h55 GOLDWAVE
Se jouant des vagues, ces jeunes visionnaires nagent à contre-courant et imaginent un post-punk pluriel. Aux chansons aériennes nimbées de mélancolie succèdent des variations géométriques aux angles tranchants, des bombes nerveuses et bagarreuses laissent place à un shoegazing pluvieux surgissant de l'obscurité. Souvent comparé aux Anglais de The Horrors, ces Normands donnent vie à une pop moderne plongeant ses racines dans les années 80 pour en livrer une version toute personnelle.  Et la scène, placée sous le feu des projecteurs, constitue l'écrin parfait pour ces ombres promises à la lumière.