L'ATM présente

FESTIVAL LES TRANS MUSICALES

35ÈME ÉDITION

LE MUSIKHALL - Festival

Vendredi

L'Accueil-Billetterie du Liberté ne dispose pas de places à vendre.

20h > LABELLE
Labelle, déjà programmé aux Trans Musicales en 2010, a des racines réunionnaises forcément métisses avec le maloya traditionnel dans le cœur mais des envies d'électro plein la tête. Après un premier vinyle, Thraces, il y a un an en tant que membre fondateur du collectif artistique rennais Eumolpe (aux côtés de Mioshe, T.O.M.A, PAVANE, Francïs...), ce diplômé en musicologie sort à la mi-octobre 2013 son album Ensemble. Labelle vit bien son rêve électronique.

21h > NOVA HEART
Où il faut être fort en géographie… Quand Helen Feng, jolie voix des groupes Pet Conspiracy puis Free The Birds, grandie en Californie avant de regagner sa ville natale Pékin, traîne en 2010 dans les clubs d'Istanbul, elle croise la route du dénommé Rodion. Avec le concours des dénommés Bo Xuan à la basse et Wang Hui, guitariste de Free The Birds, ce DJ et producteur italien a produit les quatre titres, entre pop héritière de Blondie et électro inspirée de Moroder dignes du label Italians Do It Better (Glass Candy, Chromatics…), de l'initial Beautiful Boys Ep de Nova Heart l'an passé. Ce nouveau groupe complété par un batteur sur scène fait déjà battre un peu plus vite nos cœurs.

21h50 > LES GORDON
Derrière cette identité qui n’est pas celle d’un groupe fâché avec l’orthographe se cache en fait un jeune producteur rennais hyperactif. Multi-instrumentiste de formation classique, il allie sons acoustiques et synthétiques pour distiller une électro pop ambiante, claire et lumineuse. Grâce à des échantillonnages de guitare, violoncelle, ukulélé, mandoline, autoharpe, claviers et voix, Les Gordon distille avec brio des mélodies légères mais entêtantes, qui charment et envoûtent par leur douce mélancolie. Son parti pris rétro-futuriste sonne ici frais comme un Gordon.

22h35 > STROMAE
Artiste invité à L'Aire Libre lors des Trans Musicales dès 2010 après y avoir élu résidence pour développer son spectacle sur scène après la sortie de Cheese, premier album au titre faussement optimiste, le maestro à noeud pap' Paul Van Haver a confirmé son statut d'artiste incontournable avec son “success-eur” Racine Carrée. Sur fond d'électro et de hip hop, ses textes graves se font l'écho d'une génération désenchantée, “no future” jusque sur le dancefloor. Son show métis promet boucles hypnotiques, “chorés” à la "coupé décalé" et chanteur évidemment tiré à quatre épingles, maître d'oeuvre de ce maelstrom festif et conscient à la fois.  Une fois de plus, encore une fois, encore et toujours, Stromae est Formidable.

23h50 > HORSE MEAT DISCO
Tout est dans le nom : ce collectif de DJ's n'aime rien tant depuis dix ans que faire danser à grands coups de disco, “vintage” ou bien “néo”, pour en retrouver la dimension sexuelle originale. Des résidences festives londonienne, berlinoise, lisboète et stambouliote valent autant sésame que ses quatre compilations parues via le label de référence Strut. Sans aller jusqu'au marathon de On Achève Bien Les Chevaux, ce remède hédoniste radical (re)montera les températures du Hall 9 façon “Fièvre du vendredi soir”.

01h05 > ESCORT
D-I-S-C-O : un genre musical “underground” devenu omniprésent puis vilipendé et ringardisé avant de faire son retour via la “house”.
Le collectif new-yorkais Escort, emmené par la divine diva Adeline Michel (chant) et les très Chic types Dan Balis (guitare) et Eugene Cho (claviers) – soutenus par des instrumentistes liés à Arcade Fire ou Beirut – fait montre d’un sens du groove absolument renversant sur scène. Impossible d'y résister, laissez-vous Escort-er façon Daft Punk avec Niles Rodgers jusque sur le “dancefloor” : Let's Dance !

02h05 > MARCUS MARR
Daft Punk Is Playing At My House chantait voici près de 10 ans James Murphy avec LCD Soundsystem. Faute de duo français chez DFA, l'inconnu londonien Marcus Marr fait parfaitement l'affaire, versionDiscovery débarrassée de ses scories néo-80's, avec son récent premier maxi sur ce label, The Music/Pleasure Moon, dans la continuité de ses précédents disques distillés au compte-gouttes. Influencé par les synthés du Controversy de Prince et les rythmiques du Fame de David Bowie, notre alchimiste d'un son électro aux confins du jazz a déjà vu 3 de ses morceaux utilisés sur la B.O d'un remake du Pusher de Nicolas Winding Refn (Drive). L'Angleterre saura-t-elle reconnaître en lui l'émule de Giorgio Moroder ?

03h20 > THE CRYSTAL ARK
Depuis la mise en sommeil de LCD Soundsystem dont il fut un des membres sur scène, l'hyperactif Gavin Russom (il est aussi la tête pensante de Black Meteoric Star) a su saisir sa chance avec son alter ego féminine Viva Ruiz. L'arche de Viva et Gavin, soutenus dans leurs habits de lumière lors de concerts en forme de cérémonies païennes par quelques vieilles connaissances (à commencer par Tyler Pope, ex- !!! et LCD…), recueille le meilleur du post-punk (Liquid Liquid, Talking Heads…), de l'acid house et du dub pour continuer à propager le message : Space Is The Place !