Emmanuel Moire

Mardi

C'est l'histoire d'un jeune artiste qui, dès sa première apparition publique, à 25 ans, dans le rôle-titre d'une comédie musicale à succès, avait la foule à ses pieds. Puis vint le temps du premier album, « Là où je pars », et les disques d'or qui vont avec. Enfin la tournée, au cours de laquelle il rencontra pour la première fois son propre public.

Passée l’ivresse des sommets, le chanteur et compositeur s’est donné le temps d’une pause. Une respiration nécessaire, quasi salutaire. « Ces cinq dernières années ont été si intenses que je n’ai pas eu le temps des bilans ou des remises en question, dit-il. Tout s’est enchaîné à une vitesse folle. Après ma tournée, je me suis enfin recentré, j’ai pu digérer tout ce qui m’est arrivé. Et j’avais besoin de vivre ! 2008 a donc été une année charnière. Très franchement, elle n’a pas toujours été évidente. Alors, j’ai fait cette pause, et j’ai travaillé ! ».

Deux ans et demi ont passé depuis la découverte de « Là où je pars », et Emmanuel Moire revient avec « L’équilibre », un deuxième opus qui porte bien son nom. Un album nourri des expériences passées, des trop pleins qu’il fallait régler, des manques à combler. « Sur scène, j’ai constaté que je n’avais pas (ou trop peu) de chansons rythmées. Mon premier album était essentiellement composé de ballades ; j’avais besoin d’une autre énergie. Je m’y suis collé ».

Banco ! Pour « L’équilibre », Emmanuel revêt donc de nouveaux habits. Et ils vont surprendre… On le voyait en impeccable chanteur à voix, destiné à un univers romantique, on se trompait lourdement. L’artiste fait une intrusion dans l’électro-pop, et le moins que l’on puisse dire est qu’il y a trouvé d’emblée sa place.

Pour s’assurer la réussite de ce pari, il a fait appel à des pointures. Christian Lieu « Ninja Mix » (Justin Timberlake, Lord Kossity) a co-réalisé l’album à ses côtés. (Archive, Mylène Farmer) en a assuré le mixage. Quant aux textes, c’est son alter ego, l’auteur et ami Jérôme DevoiseYann Guillon (qui participait déjà de près au précédent opus). A une exception près : la fidèle Claire Joseph, avec qui il chantait en duo (« Merci ») sur le premier, signe ici un titre avec Doriand (« Habillez-moi »).

Mais que l’on ne s’y trompe pas, Emmanuel n’a pas signé « L’équilibre » pour surprendre. « Ce disque est en accord avec ma vie d’aujourd’hui. Il me ressemble à 200 %, ce qui n’était pas forcément le cas du précédent. Aujourd’hui, je ne suis plus le même ; je n’ai plus les mêmes choses à dire ; et surtout j’ose affirmer qui je suis. Que ça plaise ou non ! »

Emmanuel Moire

Emmanuel Moire