Bernard Lavilliers

Samedi

Comme le montrent ses deux derniers albums « Carnets de bord » et « Samedi soir à Beyrouth », Lavilliers se nourrit sans cesse du mélange éternel des genres et des cultures. En ce sens, il est toujours aux prises avec la plus forte actualité et la modernité.

Ouvrant ses chansons aux chants du monde, le revoilà donc ambassadeur des couleurs, du mouvement, des échanges. Il nous rappelle que la soul, le reggae, la poésie se répondent et sont l'écho de nos propres mémoires.

Nouvel album « Causes perdues et musiques tropicales »

Bernard Lavilliers arrive à Paris fin 67 et commence à se produire sur des petites scènes, ce qui lui permet d'enregistrer quelques 45 tours discrets.En mai 68, il préfère aller chanter dans les usines de province que de faire la révolution à Paris. _Sa carrière démarre vraiment dans les années 70. Il enregistre " Les poètes ", son premier album, en 1972. Bernard Lavilliers commence à se faire remarquer et sort plusieurs albums au cours de cette décennie : "Le Stéphanois" (1974), "Les Barbares" (1976), "15e Round" (1977), "T'es vivant... ?" (1978) et"Pouvoirs" (1979).

Les premiers succès

Après un séjour à la Jamaïque, Bernard Lavilliers démarre les années 80 avec l'album "O Grino" qui est un véritable succès, avec notamment les titres "Can't stand the ghetto" ou "La salsa".
Sa notoriété commence enfin à gagner un public plus large. "Idées noires", son duo avec Nicoletta qu'on retrouve sur l'album"Etat d'urgence" (83) est également un grand succès public.
Un autre voyage, en Afrique cette fois, lui inspire l'album "Voleur de feu" (86) dont sera extrait "Noir et blanc".
L'album "If..." en 88 continue à évoquer le voyage, notamment avec"On the road again" tout comme "Solo" en 91 avec des titres évocateurs tels que "Saïgon", "Outremer" ou "Manila Hotel".

On the road again

Voyageur devant l'éternel, Bernard Lavilliers continue à puiser son inspiration dans les rythmes ensoleillés et propose en 95 un duo avec Jimmy Cliff , "Melody Tempo Harmony", un grand tube.
En 1997, son album "Clair Obscur" est même préfacé par Léo Ferré qui est un de ses modèles absolus.
En 2001, Bernard Lavilliers sort un nouvel album intitulé "Arrêt sur image". Fidèle à lui-même, il évoque la condition ouvrière sans pour autant oublier les sonorités exotiques qui lui sont Chers sur des titres tels que "Saudade" ou "Iracema".
En 2004, Bernard Lavilliers revient sur scène et interprète des chansons de son nouvel album "Carnet de bord", écrit entre la France, New-York et la Jamaique ; autant de titres qui invitent au voyage. Cesaria Evora vient même apporter sa couleur avec le titre "Elle chante". Un hommage est également rendu à Ernesto Guevera avec "La mort du Che".

Hommage à Léo Ferré
2005 s'ouvre par une nouvelle série de concerts, notamment au Zénith et Grand Rex à Paris. Le DVD "Escale au Grand Rex".
Trois ans après son dernier opus, "Carnets de Bord", vendu à plus de 450.000 exemplaires, Bernard Lavilliers sort son nouvel album studio, "Samedi Soir à Beyrouth", en janvier 2008.
Fidèle à ses habitudes, l'artiste convie ses auditeurs à un voyage musical qui puise ses sources dans la soul du Tenessee pour revenir en France, en passant par les rivages africains.
En février, il entame une tournée qui le mène notamment au Zénith de Paris du 13 au 15 mars.
En mai 2009 c'est la sortie du DVD "Lavilliers chante Ferré". Ce nouvel opus reprend les meilleurs moments de la tournée effectuée par la chanteur trois ans plus tôt. Des représentations au cours desquelles Bernard Lavilliers avait repris quelques uns des classiques de Léo Ferré .
Durant l'été, le chanteur se produit aux festivalx Fiesta de Pamiers et Voix du Gaou.

Avec sa plume et sa guitare Bernard Lavilliers n'a de cesse d'emmener son public dans ses périples et de le convertir à l'humanisme.

Télécharger les informations tarifaires
Télécharger le Bon de Commande Collectivités

Bernard Lavilliers

Bernard Lavilliers