Asa

Mercredi

Asa est une jeune chanteuse née à Paris et originaire du Nigéria. Elle tient son surnom, qui signifie "petit faucon", d'une fugue faite lorsqu'elle est enfant. A l'âge de deux ans, elle retourne au pays avec ses parents et grandit à Lagos, où elle découvre sa passion pour le chant et la musique.

Le Nigeria en bandoulière, Asa enflamme les scènes françaises et américaines, chantant en yoruba sur des ballades acoustiques épurées. Née à Paris, elle a vécu toute son enfance au Nigeria. C'est ici qu'elle achèvera les études austères exigées par ses parents. Parallèlement, elle se perfectionne à la guitare dans l'école du saxophoniste Peter King, obtient une bourse d'études et débute un périple musical, accompagnée par son alter ego Cobhams, qui l'amène à sortir un premier album éponyme en 2007.  Auparavant, Asa s'est forgé une culture scénique en effectuant les premières parties américaines de Snoop Dogg, Beyoncé, Akon… ou en se confrontant sur la scène française aux Nubians, à Manu Dibango.  Asa chante l'Afrique, de mélodies imparables en textes humoristiques et engagés. Asa assainit la soul, qui semble se régénérer au cœur d'une voix qui prend le pouls du monde.

Asa est née à Paris mais a grandi à Lagos, au Nigeria. C’est cependant à Paris, 20 ans plus tard, qu’elle va prendre son envol d’artiste.

Elle a un talent éblouissant et une volonté de fer. En 2004, par l’intermédiaire de sa manageuse Janet, elle rencontre Cobhams qui devient son partenaire musical. C’est à cette même époque qu’elle retrouve Paris. Elle y confronte son talent à la scène française : Les Nubians, Manu Dibango, Tony Allen ..

Avec Cobahms, mais aussi la complicité de Christophe Dupouy, elle réalise un 1ere album éponyme magnifique où la grâce répond au tempo et l’humour n’est jamais loin de l’émotion. Très personnelle et totalement universelle, la musique d’Asa dépasse, à n’en pas douter, toutes les frontières, celles de la terre bien sûr, mais aussi celles du cœur et de l’esprit.

Télécharger les informations tarifaires
Télécharger le Bon de Commande Collectivités